Consultations

11 bis - 13 Bd Raspail
75007 PARIS

Téléphone

01 45 89 99 45
VIDEO D'UNE PKR
LASER EXCIMER SURFACE
Votre nom
Votre adresse mail
Votre téléphone
Votre message

Le laser Excimer de surface ou PKR

La PKR existe depuis depuis 1991.
Le Dr. S. Leroux Les Jardins a participé à l’étude pour homologation des lasers Excimer en 1991 pilotée par le Pr. Jean Haut à l’Hôpital des Quinze-Vingts.

La PKR corrige la myopie jusqu’à -6 Dioptries, l’hypermétropie jusqu’à +4 Dioptries, l'astigmatisme jusqu'à 4 Dioptries.
Avec les nouveaux profils d'ablation des lasers de dernière génération et l'utilisation éventuelle de produits (Mitomycine 0.02%) empêchant une cicatrisation trop importante responsable d'une sous-correction, il est possible d'étendre les indications de la PKR.

L’intervention chirurgicale est simple, très rapide et indolore (quelques minutes).
■ Elle consiste à enlever l’épithélium cornéen (petite couche de cellules de surface).
■ L' Eye-Tracker est alors activé. Il reconnait l'oeil, le centre de la pupille et détermine le centrage du traitement laser. En aucun cas le Laser Excimer ne peut-être fait si le système Eye-Tracker n'est pas actif. Pendant le laser, l'Eye-tracker suit les micro-mouvements de l'oeil. En cas de mouvement trop important, il bloque le Laser Excimer.
■ Lorsque le Système Eye-Tracker est actif, le laser Excimer réfractif est déclenché. Le laser Excimer change la forme de la cornée pour obtenir l'effet réfractif : il aplatit la cornée en cas de myopie, il la cambre en cas d'hypermétropie, il agit plus dans un axe en cas d'astigmatisme et obtient une cornée multifocale en cas de presbytie.
La durée du traitement réfractif au Laser excimer est de quelques secondes et dépend de l'amétropie à corriger.
■ Lorsque le laser Excimer est terminé (il dure quelques secondes), une lentille thérapeutique à but antalgique est posée, un traitement par collyres et comprimés antalgiques est instauré.
Une variante à la PKR s'appelle l'EPILASIK. L'intervention est la même mais on garde l'épithélium qui est remis en place sous la lentille. Elle peut se faire avec une machine spéciale qui détache l'épithélium. Son seul avantage est son nom qui ressemble à celui du LASIK... Après avoir pensé qu'elle permettait de diminuer les douleurs postopératoires, l'expérience a prouvé qu'il n'en était rien au contraire car l'épithélium ne survit pas, il se nécrose et rend les suites plus longues et plus douloureuses. Cette technique est abandonnée par la grande majorité des chirurgiens car elle n'apporte rien de plus au contraire.

Les suites opératoires sont marquéhies par une douleur fréquente le premier jour, s’atténuant en 2 à 3 jours.
La récupération visuelle se fait en quelques jours.
Les deux yeux peuvent être opérés le même jour.

Les résultats sont identiques à ceux du LASIK après la phase de cicatrisation.

Les ré-interventions ou reprises sont possibles si le résultat est incomplet mais après avoir attendu plusieurs mois la cicatrisation complète.

Le principal inconvénient est la douleur post opératoire et la récupération un peu plus longue qu’avec le LASIK. La gène peut être réelle en post-opératoire pendant quelques jours empêchant de travailler ou de faire un grand trajet en conduisant sa voiture.
Il ne faut pas s’exposer au soleil intense pendant quelques semaines mais se protéger avec de bonnes lunettes de soleil et un chapeau. Il ne faut pas mettre ses yeux dans l’eau de mer ou de la piscine pendant 1 mois. Il peut être nécessaire de mettre des collyres hydratants le soir pendant 2 à 3 mois.

L’avantage de la PKR est la sécurité maximale.
Le recul des résultats obtenus avec la PKR est particulièrement long avec des cohortes de patients opérés depuis 20 ans sans effets adverses, ce qui rend cette technique très sécuritaire.
Cette technique est préférée
■ Pour certaines professions (pompiers de Paris, parachutistes, militaires),
■ En cas de pratique de sports violents à risque de chocs sur l’œil (Boxeurs professionnels, sports de combat)
■ Pour les contre-indications du LASIK : Cornées trop fines ou irrégulières dites suspectes, susceptibles de mal supporter le LASIK à court ou moyen terme et d'évoluer vers une complication redoutée appelée ectasie de la cornée avec réapparition de la myopie et de l'astigmatisme. Dans ce cas, il est très important de choisir la PKR et de ne pas faire de LASIK.

Pour revenir à la page d'accueil